Faites que la nostalgie de nos dessins animés reste à jamais gravée dans nos mémoires..

AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Saison 3 : La brigade spéciale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Carine


Carine

~ Obstinée ~
Obstinée

Inscrit le : 16/04/2009
Messages postés : 14192
Age : 40
Taureau


Féminin
Bonnes réponses aux jeux : 1969


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Dim 28 Sep 2014 - 22:26

Bonsoir

Après bien des hésitations, je vous présente la fanfiction qui est en réalité mon tout premier écrit. Sauf que comme elle était pas franchement bien rédigée la première fois, je l'ai rebossée (bon en fait ça fait genre 2 ans que je l'ai reprise, enfin, le début...), c'est donc une version 2 de ma toute première fanfic (pour l'instant jamais finie... vais-je enfin la boucler ?^^)

Pour situer, l'histoire se situe dans l'univers de Cat's eye, plus précisément à la fin de l'anime. C'est donc une suite de l'anime (qui comporte deux saison, d'où le début du titre de ma fic).

Si ça vous plait, n'oubliez pas de remercier Caline, c'est elle qui a réussi à me convaincre de la poster Smiley13

Je mets le premier chapitre dans un post à part. J'éditerai ce post-ci pour vous mettre la correspondance des noms VF (car bien sûr, j'utilise les noms VO, est-ce utile de le préciser^^)

EDIT : Voilà, voilà^^
EDIT2 : ajout de captures des personnages.

Rui Kisugi : Sylia Chamade Saison 3 : La brigade spéciale Rui_210

Hitomi Kisugi : Tam Chamade Saison 3 : La brigade spéciale Hitomi10

Ai Kisugi : Alex Chamade Saison 3 : La brigade spéciale Ai_210

Toshio Utsumi : Quentin Chapuis Saison 3 : La brigade spéciale Toshio10

Mitsuko Asatani : Odile Assaya Saison 3 : La brigade spéciale Asatan10

Nagaishi : M. Durieux Saison 3 : La brigade spéciale Nagais10

Et le chef, bah c'est le chef Saison 3 : La brigade spéciale Chef_210


I just dance in the sweet memories...

Saison 3 : La brigade spéciale Kor_si10

Sadique, et fière de l'être  Smiley9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carine


Carine

~ Obstinée ~
Obstinée

Inscrit le : 16/04/2009
Messages postés : 14192
Age : 40
Taureau


Féminin
Bonnes réponses aux jeux : 1969


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Dim 28 Sep 2014 - 22:27

Saison 3 épisode 1 : Une histoire de lessive

        « …La dépression qui est passée hier sur le pays s’est éloignée et laisse place au soleil pour toute la journée. Les températures sont conformes à un mois de juillet. Les villes candidates pour l’organisation des Jeux Olympiques d’été de 1992 sont en… »
Un clic se fit entendre quand Hitomi éteignit le poste de radio noir qui trônait sur la table du petit déjeuner, coupant le sifflet à la journaliste.
— Bien, je vais pouvoir étendre mon linge dehors.

        Assise en face d’elle, Rui finissait son thé en avisant de l’heure sur la pendule du café qui indiquait déjà 8h15.
— Ai, dépêche-toi, tu vas encore être en retard à l’école ! cria-t-elle à sa plus jeune sœur encore à l’étage.
— Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
Ai descendit les escaliers comme une flèche, attrapa une tartine et fonça à l’école. Hitomi la regardait courir, amusée.
— Bonne journée ! lança-t-elle à sa sœur qui disparaissait au loin.

        Le soleil éclairait le café d’une douce lumière, prémices de la belle journée annoncée. Cependant, Hitomi ne s’y attarda pas, et à peine son petit déjeuner terminé, elle se leva et se dirigea vers la buanderie, tout en demandant à sa sœur :
— Quand est-ce que les toiles dont tu m’as parlé hier doivent arriver ?
— Elles doivent quitter Athènes dans dix jours, mais rien n’a été confirmé. Elles seront exposées au musée Fujita dans une quinzaine de jours.
— Ca nous laisse du temps pour explorer ce musée.
— J’irai y faire quelques repérages tout à l’heure, annonça calmement Rui.

        Tout à coup, Hitomi fit volte-face, se tournant vers sa sœur les mains jointes et le regard suppliant.
— Tu pourras attendre que j’aie étendu mon linge, s’il te plait ?
Une libellule passa lentement derrière la tête de Rui en laissant une ligne de points noirs…
— Mais qu’est ce que tu as bien pu laver pour être si pressée que ça sèche ? demanda-t-elle après le moment de surprise.
— Ma robe de soirée rouge. Je veux la mettre ce soir.
— Ce soir ? Tu sors ? la questionna Rui, un sourire taquin aux lèvres.
— Toshio m’invite au restaurant, lui répondit gaiement sa sœur.
— Quelque chose à fêter ?

        Le sourire de Hitomi s’effaça pour laisser place à une sorte de gêne…
— Ben en fait, il a eu une prime, alors… bredouilla-t-elle.
— Ah, je comprends, s’esclaffa Rui, il a reçu une prime, donc il a enfin les moyens de t’inviter au restaurant, tu m’en diras tant !
— C’est malin, tiens, fit Hitomi en lui tirant la langue.
Elle partit sous les rires de sa sœur pour faire sa lessive.

        Rui se leva, alla chercher un plateau derrière le comptoir du café, où elles s’étaient pour une fois installées dès le matin, et commença à débarrasser la table du petit déjeuner, toujours en riant. Ca l’avait mise de bonne humeur ! Elle ramassait les tasses, quand elle s’aperçut que celle de Hitomi n’était pas tout à fait vide…
— Elle était si pressée, cette lessive, que ça lui fasse oublier de finir son thé ? se demanda Rui à haute voix, non sans repartir dans un fou-rire discret.

        Elle acheva de ranger la table du petit déjeuner plus amusée que jamais. Après avoir nettoyé la table, elle posa la vaisselle dans l’évier et alla allumer la chaine hi-fi du café. Ses yeux parcoururent les étagères où cohabitaient disques vinyles et cassettes, et son choix se porta sur un trente-trois tours qu’elle n’avait plus écouté depuis un moment. Elle le fit glisser délicatement hors de sa pochette, le plaça sur l’électrophone et démarra la lecture. La pointe de diamant de la tête frotta contre le microsillon, le faisant crépiter avant de laisser la musique et la voix de la chanteuse résonner dans le café, alors que Rui s’installait derrière le comptoir pour faire la vaisselle du petit déjeuner.

        Une fois la vaisselle lavée et rangée, Rui déverrouilla la porte du café. Alors qu’elle s’apprêtait à installer l’enseigne lumineuse, elle aperçut une silhouette familière.
— Monsieur Nagaishi, lança-t-elle avec entrain, que nous vaut l’honneur ?
Mais son sourire disparut en voyant le visage fermé de l’homme.
— Une mauvaise nouvelle, Mademoiselle Rui, articula-t-il doucement.
— Entrez, l’invita Rui, nous parlerons plus tranquillement.
Ils entrèrent dans le café. Rui verrouilla à nouveau la porte. Elle avait bien compris que ce n’était pas le moment d’être dérangés par des clients… surtout par un certain policier du commissariat d’en face habitué des lieux !

        Rui invita Nagaishi à s’installer dans le salon attenant au café et appela sa sœur :
— Hitomi, Monsieur Nagaishi est là !
Hitomi descendit.
— Oh, bonjour Monsieur Nagaishi ! Vous allez bien ?
— Bonjour, Mademoiselle Hitomi…
Il avait pris un sourire poli pour saluer la jeune femme, qui disparut quasiment instantanément.
— Nous avons un problème, annonça-t-il gravement.

        Les deux sœurs se regardaient, échangeant silencieusement leur début d’inquiétude.
— Que se passe-t-il ? demanda finalement Hitomi.
— Les toiles que l’on attendait ne viendront pas au Japon.
— Les toiles qui sont à Athènes ? s’exclama Hitomi sous le coup de la surprise.
— Mais pourquoi ?
— Le gouvernement grec refuse de prêter ses toiles de peur que Cat’s Eye n’en vole, leur expliqua Nagaishi. Autrement dit, tant que Cat’s Eye est en liberté, ces toiles resteront hors du Japon.
— C’est pas vrai !!!

        Ils allèrent s’installer autour de la table de la salle à manger. Ils discutèrent un bon moment sur leur problème, mais ils ne voyaient qu’une seule solution.
— Si je comprends bien, conclut Rui, on est obligées d’aller les chercher sur place.
— Mouais, je ne vois pas ce qu’on pourrait faire d’autre, soupira Hitomi.
— Ai est en vacances dans quinze jours, on pourra partir avec elle, continua Rui.
— Je pense que ça lui fera plaisir, renchérit Hitomi. Tu te souviens qu’elle voulait retourner en Europe après notre voyage à Paris l’année dernière ?

        Les deux sœurs avaient retrouvé le sourire. Nagaishi, rassuré, se leva.
— Je vais commencer à m’occuper des formalités pour ce voyage.
— Merci beaucoup, Monsieur Nagaishi, répondit poliment Rui. Au revoir.
Nagaishi salua les deux jeunes femmes et partit. L’instant d’après, Hitomi partit en courant vers l’arrière du café.
— Où vas-tu ? lui cria Rui.
— Etendre mon linge, la lessive est finie !!!

        Rui se remit à rire tout en mettant l’enseigne lumineuse en marche, quand le premier client arriva.
— Eh bien Rui, tu m’as l’air de bonne humeur aujourd’hui, l’interpella ce dernier.
Rui se redressa et se tourna vers l’homme dont elle avait reconnu la voix.
— Ah, bonjour, Toshio !
En effet, le policier, toujours avec son éternelle chemise blanche, sa cravate mal nouée et sa veste bleu ciel antédiluvienne, se tenait devant la jeune femme, l’air à la fois amusé et intrigué par cette hilarité inhabituelle de Rui.
— Qu’est-ce qui te fait rire comme ça ? lui demanda-t-il.

        Le sourire de Rui s’élargit encore en lui répondant :
— Oh, une histoire de lessive, tu peux pas comprendre.
— Ouais, ça, j’comprends rien. Mais, dis moi, c’est à c’t’heure-ci que t’ouvres ? Il est midi !
Ce disant, il frappait sa montre de son index. L’écran digital indiquait 12h07.
— Oh, déjà ! Tu sais avec cette histoire de lessive…
Et Rui se remit à pouffer. Elle n’y pouvait rien, maintenant c’était devenu nerveux !

        Le policier prit une mine contrariée.
— Oh, ça va, ça va ! grommela-t-il, agacé de ce fou-rire. Il avait la désagréable impression que la jeune femme se moquait de lui.
— Mais ne reste pas dehors, tu viens déjeuner, c’est ça ? se reprit Rui, ne voulant pas vexer Toshio.
— J’ai une faim de loup, fit ce dernier en entrant.
— Je suis désolée, je ne vais pouvoir te proposer que des sandwiches.
— Mais c’est parfait. Hitomi est là ?

        Inévitablement, Rui se remit à rire.
— Oui, elle étend son linge.
— Ah ? Aha, c’est la fameuse lessive ? demanda Toshio, percutant enfin…
Mais Rui n’eut pas le temps de lui répondre : déjà, la voix de Hitomi résonna dans le café.
— Oh, Toshi, tu es là !
Un sourire pétillant s’alluma sur le visage du policier.
— Salut, Hitomi. Dis, ce soir, ça te va si je passe te prendre vers 20h ?
— Hum…, fit Hitomi en réfléchissant, ça devrait aller, ma robe sera sèche.

        Encore une fois, Rui ne put s’empêcher de rire, ce qui vexa Hitomi.
— Eh, ho, ça va maintenant. Arrête de foutre de moi. Et toi, commence pas hein !
La dernière phrase s’adressait à un Toshio qui s’était mis à pouffer, contaminé par l’ainée des Kisugi. Bien consciente qu’elle ne pourrait pas arrêter ce fou-rire, Rui préféra s’éclipser :
— Je monte, j’ai la compta qui m’attend, prétexta-t-elle, laissant les amoureux seuls.
— C’est ça, grogna Hitomi, ça devrait pouvoir te calmer…

        Une fois que Rui les eût laissés, Toshio tenta de dérider sa fiancée.
— Allez, Hitomi, n’y pense plus. Tiens, tu veux bien me préparer ton délicieux sandwich aux crudités s’il te plaît ?
— D’accord, opina Hitomi avec un sourire retrouvé.
Le sandwich fut vite prêt et tout aussi vite mangé, et après avoir prit son habituel café américain, Toshio retourna au boulot. Peu après, un groupe de clients entra, et Hitomi, en les servant, finit par oublier l’hilarité de sa sœur.

        En une belle journée comme celle-ci, le café ne désemplissait pas, et Hitomi n’arrêtait pas. En plus, à chaque fois que Rui faisait la comptabilité du café, elle en avait pour plusieurs heures, alors impossible de compter sur elle… Elle avait bien choisi son jour, tiens ! Il fallait que ce soit une journée chargée. Hitomi, toute à son travail, ne pensait plus ni à leur futur voyage, ni au rire nerveux de sa sœur, et avait déjà hâte d’être à son diner avec Toshio… qui avait été bien mystérieux cette fois, impossible de lui faire dire où il comptait l’emmener ! Etait-ce pour cela qu’elle avait envie de s’apprêter plus que d’habitude ? En tout cas, elle sentait que cette soirée serait importante…

        Alors que l’on s’approchait des 18 heures et que les clients l’avaient enfin laissée souffler, Hitomi vit avec soulagement sa jeune sœur rentrer du lycée.
— Salut, me revoilà !
— Chouette, on va fermer, se réjouit Hitomi.
— Ben pourquoi ?
— Parce qu’on a à parler boulot, déclara Rui qui venait d’apparaitre dans le café.

        Comme à son habitude, dès qu’il s’agissait pour Cat’s Eye de faire un coup, Ai s’enthousiasma instantanément.
— Chouette ! C’est quand ? C’est où ? C’est quoi ?
— Ce sont les toiles qui sont à Athènes, répondit laconiquement Hitomi, stoppant immédiatement l’excitation de sa jeune sœur.
— Hein ???!!!
— Allons au salon, on va te raconter, invita Rui, entrainant ses sœurs dans la pièce à côté.
— Je vous rejoins quand j’ai rentré l’enseigne, lança Hitomi en sortant sur le trottoir.

        Quelques instants plus tard, Rui et Hitomi expliquèrent la situation à leur sœur, qui retrouva un état bien euphorique, son sourire s’agrandissant encore.
— Mais c’est génial ! J’ai trouvé le sujet de mon exposé !!!
— Ton exposé ? demanda Hitomi.
— Oui, le prof de géo nous a donné un exposé à faire pour la rentrée. Le sujet est libre, mais ça doit porter sur l’Europe. Je vais donc pouvoir bosser sur la Grèce avec sa mythologie et son actualité. On aura bien le temps de faire un peu de tourisme !
— Si c’est pour tes études, on prendra le temps, accorda Rui, toujours très sérieuse.

        Ai était complètement emballée.
— Super ! On part quand ?
— Pas avant que tu sois en vacances, lui rétorqua Hitomi.
Ai prit alors une mine boudeuse.
— Beuh ! Mais c’est pas avant dix jours !
— Ca nous laisse juste le temps de préparer le voyage, lui expliqua Rui.
— Surtout si on doit faire du tourisme, renchérit Hitomi.

        Un soupir de frustration sortit des lèvres de la benjamine. Elle serait bien partie tout de suite, récupérer les toiles au plus vite et espérer accélérer les recherches… Elle avait la sensation que chaque délai retardait encore un peu plus les retrouvailles avec leur père. Mais ses sœurs avaient raison, encore une fois…
— Où est donc passée ta mine réjouie de tout à l’heure ? railla Hitomi pour la dérider.
Mais Ai resta pour une fois maitresse d’elle-même.
— Je ne relèverai même pas. J’ai d’autres choses à faire, fit-elle en snobant sa sœur.

        La jeune fille, le nez relevé, reprenant son sac d’école, se dirigea avec une fausse fierté vers les escaliers menant à l’étage.
— Quelle excellente initiative, Ai que d’aller faire tes devoirs, se moqua encore Hitomi, d’humeur particulièrement taquine. Je vais même t’accompagner…
— Ca va, j’ai pas besoin de toi pour bosser hein, fit une Ai un peu piquée.
Mais Hitomi la dépassa dans les escaliers et monta les marches quatre à quatre, en lançant :
— Mais enfin, c’est pas pour toi que je monte…je vais repasser ma robe !


I just dance in the sweet memories...

Saison 3 : La brigade spéciale Kor_si10

Sadique, et fière de l'être  Smiley9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lalabel


Lalabel

~ Ecrivain ~
Ecrivain

Inscrit le : 03/02/2011
Messages postés : 10047
Age : 39
Gémeaux


Féminin
Bonnes réponses aux jeux : 17234
Classement : Médaille d'Argent


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Lun 29 Sep 2014 - 19:20

Très sympa, ta fic, on a vraiment l’impression de lire le script d'un début d'épisode.

... et j'ai bien rigolé sur le coup de la libellule ! Tu es sûre qu'il n'y avait pas un corbeau qui la suivait pour la manger ? Smiley2


Saison 3 : La brigade spéciale 848539brdafofo2
Saison 3 : La brigade spéciale 809706Lleautrsorbannirecadreparcheminavectitrecopie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikko


Nikko

~ Energique ~
Energique

Inscrit le : 08/04/2009
Messages postés : 6343
Age : 43
Cancer


Masculin
Bonnes réponses aux jeux : 1669


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Lun 29 Sep 2014 - 19:21

Laisse-moi deviner la suite... En visitant les ruines grecques, elles vont rencontrer un chevalier d'or mourant qui leur demandera de s'occuper d'un bébé ?

... je sors Smiley2


Saison 3 : La brigade spéciale 848539brdafofo2
Saison 3 : La brigade spéciale 809706Lleautrsorbannirecadreparcheminavectitrecopie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgo No Shaka


Virgo No Shaka

~ Persévérante ~
Persévérante

Inscrit le : 22/12/2011
Messages postés : 11859
Age : 34
Vierge


Masculin
Bonnes réponses aux jeux : 2640


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Lun 29 Sep 2014 - 20:14

C'est génial, à quand la suite ? Smiley2


Saison 3 : La brigade spéciale Signsh10

Les fleurs naissent puis se fanent.
Les étoiles brillent puis un jour s'éteignent...
même la terre, le soleil, notre galaxie...et l'univers tout entier.
Un jour viendra où ils disparaîtront...la vie d'un homme comparée a cela,
ne représente qu'un battement de cils. Pendant cet infime laps de temps,
l'homme naît, aime quelqu'un en hait un autre, rit, pleure...se bat se blesse,
est heureux et malheureux...et enfin tombe dans un éternel repos appelé la mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Césare


Césare

~ Complaisant ~
Complaisant

Inscrit le : 01/04/2009
Messages postés : 23483
Age : 37
Sagittaire


Masculin
Bonnes réponses aux jeux : 3825


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Mar 21 Oct 2014 - 18:41

Cette fic, c'est exprès qu'elle soit pas finie? Pour laisser libre court à notre imagination?


Saison 3 : La brigade spéciale Gene1011
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carine


Carine

~ Obstinée ~
Obstinée

Inscrit le : 16/04/2009
Messages postés : 14192
Age : 40
Taureau


Féminin
Bonnes réponses aux jeux : 1969


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Mar 21 Oct 2014 - 22:49

Il y aura une suite, mais elle est pas finie^^


I just dance in the sweet memories...

Saison 3 : La brigade spéciale Kor_si10

Sadique, et fière de l'être  Smiley9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Césare


Césare

~ Complaisant ~
Complaisant

Inscrit le : 01/04/2009
Messages postés : 23483
Age : 37
Sagittaire


Masculin
Bonnes réponses aux jeux : 3825


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Lun 16 Mar 2015 - 17:03

Elle arrive quand la suite ?


Saison 3 : La brigade spéciale Gene1011
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carine


Carine

~ Obstinée ~
Obstinée

Inscrit le : 16/04/2009
Messages postés : 14192
Age : 40
Taureau


Féminin
Bonnes réponses aux jeux : 1969


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Mer 4 Sep 2019 - 23:01

Edition du premier post avec ajout de captures des personnages. Ce post sera à nouveau majé quand des personnages secondaires apparaîtront dans l'histoire... car oui je bosse dessus depuis un moment, et de nouveaux chapitres seront très bientôt publiés ici Smiley13


I just dance in the sweet memories...

Saison 3 : La brigade spéciale Kor_si10

Sadique, et fière de l'être  Smiley9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carine


Carine

~ Obstinée ~
Obstinée

Inscrit le : 16/04/2009
Messages postés : 14192
Age : 40
Taureau


Féminin
Bonnes réponses aux jeux : 1969


Saison 3 : La brigade spéciale Empty
MessageSujet: Re: Saison 3 : La brigade spéciale Saison 3 : La brigade spéciale Horlog10Mar 10 Sep 2019 - 19:13

Saison 3 épisode 2 : Des flics un peu trop curieux

        « Alors, il me faut du lait, des œufs, du shampooing, et ... de la lessive ! » se dit Rui en entrant dans le magasin, tout en consultant sa liste. D'habitude, c'était Hitomi qui faisait les courses, mais là, pas moyen de la faire travailler de la journée ! Cela la faisait sourire, comme à chaque fois qu’elle pensait à sa sœur et Toshio, mais jamais elle n’avait envisagé connaître une telle relation avec quelqu'un. Ses seules préoccupations, c'était sa famille, le café et leur mission. Inconsciemment, elle s'interdisait toute « diversion ». Et le seul homme qu’elle souhaitait revoir, c’était son père.

        Elle replissait son panier, pensant déjà à leur futur voyage en Grèce. Elle se dépêchait pour rentrer avant que Hitomi ne parte pour sa soirée avec Toshio. C’était sa façon à elle de veiller sur ces deux amoureux maladroits. Puis, alors qu'elle s'approchait des caisses en passant par le rayon disques, quelque chose attira son regard :
« Tiens, le disque de Creamy Mami, je vais peut-être l'acheter pour le café. Mais ça fait un moment qu'on n'entend plus parler de cette chanteuse. »

        Rui alla payer ses emplettes et sortit du magasin. Elle se dirigeait tranquillement vers le Cat's Eye, quand elle aperçut Toshio au loin, visiblement affairé autour d'une voiture de police garée devant le commissariat.
— Et bien, Toshio, tu m'a l'air d'avoir perdu quelque chose, lui lança-t-elle en arrivant près de lui.
— Ah, c'est toi, fit le jeune inspecteur en se redressant vers elle. Figure-toi que j'ai fait tomber mon portefeuille tout à l'heure, pendant une patrouille. Mais comme je suis resté en voiture, il doit avoir glissé sous un siège. C'est que j'en ai besoin pour ce soir !
— Ce ne serait pas ça que vous cherchez, inspecteur Utsumi ?

        Rui et Toshio se retournèrent vers la provenance de cette voix… qu’ils avaient reconnue. La voix d’Asatani, laquelle s’était approchée d’eux. Curieusement, Toshio pris une expression de colère.
— Où l'avez-vous trouvé ? lui demanda-t-il particulièrement froidement.
— C’est Katayama avec qui vous avez fait la patrouille qui me l’a donné. Il l’a retrouvé sur le siège et vous a appelé, mais vous étiez apparemment pressé.
Toshio s’empara alors de son portefeuille, l’arrachant presque des mains de sa collègue.
— Surtout, ne me remerciez pas, lui reprocha-t-elle.

        Etrange, l'attitude mordante de Toshio vis-à-vis de sa collègue. Si Rui savait que l’entente entre eux n’était pas toujours au beau fixe, cela l’étonna tout de même, car ce n’était pas dans les habitudes de Toshio de montrer autant les dents. Lui qui pourtant quelques heures à peine auparavant était si content à l’idée de sa soirée… Que s’était-il donc passé ?
— L'inspecteur Utsumi n'est pas tout à fait d'accord avec mes suppositions, répondit Asatani à ses questions silencieuses.

        Cette réponse eut l’effet étrange d’énerver encore plus Toshio, qui hurla plus qu’il ne parla à sa collègue.
— Je n'ai JAMAIS dit que Cat's Eye ne pouvait pas aller chercher les toiles en Grèce ! Ce sont vos soupçons qui sont mal placés !
— Dites-moi, inspecteur, lui reprocha Asatani, vous êtes toujours aussi discret en présence des sœurs Kisugi ?
Rui réussit de justesse à retenir Toshio qui était prêt à sauter à la gorge de l'inspectrice.
— Rhaaaaaah lâche-moi Rui, je vais en faire de la bouillie de ce serpent à lunettes ! hurlait l’inspecteur sans se soucier le moins du monde des passants alentours.
— Toshio, calme-toi ! Mlle Asatani, je pense que vous devriez vous éloigner…
— Très bien, je vous laisse. A demain inspecteur, fit l’inspectrice en partant étrangement calmement, rejoignant son bureau.

        Rui eut beaucoup de mal à empêcher Toshio de la prendre en chasse, mais une fois l’inspectrice hors de sa vue, il finit par se calmer.
— Tu vas mieux, Toshio ? demanda Rui à l’inspecteur
— Oui… Merci Rui, tu m’as empêché de faire une bêtise. Mais elle ne perd rien pour attendre, je vais lui faire ravaler ses mauvaises pensées en lui montrant les preuves qu’elle se plante.
—… Bonne idée, fit Rui avec une infime hésitation.

        Toshio se décida à rentrer chez lui pour se préparer, délaissant les voitures de police pour récupérer sa mini. Il salua Rui qui rentra elle aussi, mais les informations dont elle venait d’avoir connaissance l’avait rendue très soucieuse et pensive :
« Elle continue de nous soupçonner. Et elle a deviné nos intentions. Je dois prévenir Hitomi, Ai et Monsieur Nagaishi. »

        A peine avait-elle mis les pieds au café déjà fermé qu’elle appela ses sœurs :
— Hitomi, Ai, venez tout de suite !
— J’arriiiiiiiiiiive !
La voix de Ai précéda la jeune fille dans les escaliers. A peine fut-elle arrivée en bas que Hitomi se montra en haut des marches.
— Que se passe-t-il, grande sœur ?

        Elle avait mis sa fameuse robe rouge, à fines bretelles, au décolleté audacieux et à la jupe fendue sur toute la longueur, laissant deviner ses jambes qui faisaient tant d’effet à Toshio… Elle avait de plus relevé ses cheveux en une sorte de chignon indiscipliné.
— Waaaaou, s’exclama la benjamine, tu t’es mise sur ton trente-et-un, grande sœur ! Il en a de la chance, le Toshio ! Si c’est pas mignon…
— Occupe-toi de tes affaires ! lui hurla sa sœur en lui tirant la langue.

        Rui leva les yeux au ciel.
— Ca suffit ! Nous avons un sérieux problème. Asatani pense que Cat’s Eye va se rendre en Grèce pour y récupérer les tableaux.
— Quoi !!! s’exclamèrent ses sœurs en chœur.
— Et bien entendu, elle nous suspecte toujours, renchérit Rui.
— Mais alors, si on y va, on est cuites !
La robe rouge de Hitomi faisait particulièrement ressortir ses grands yeux à ce moment-là remplis d’inquiétude en direction de son aînée. Elle ne s’attendait vraiment pas à ce qu’Asatani devine ainsi leur projet.

        Ai, le visage boudeur, croisa les bras sur la poitrine.
— Zut alors, cette dinde à lunettes va tout faire foirer !
— Qu’est ce qu’on va bien pouvoir faire ? s’alarma Hitomi. On ne peut quand même pas laisser tomber !
— La première chose à faire, reprit Rui, c’est de prévenir Monsieur Nagaishi. Je m’en occupe tout de suite. Mais il est évident de garder ce voyage en Grèce secret. J’espère que vous n’en avez parlé à personne.
— On n’a pas bougé depuis que je suis rentrée du lycée, fit Ai.
— Ce n’est pas le genre de choses dont je discute avec les clients, et je ne suis pas sortie, ajouta Hitomi. Mais heureusement qu’on le sait maintenant, sinon j’en aurais sans doute parlé à Toshio ce soir. Je lui dis quoi du coup ?
— Tu peux toujours lui dire qu’on compte partir, mais qu’on n’a pas encore choisi la destination…

        Rui fut interrompue par le tintement de la clochette de la porte.
— Mesdames, me revoilà ! lança le jeune inspecteur en entrant dans le café.
— Oh Toshi, te voilà ! On est dans le salon, entre, l’invita Hitomi.
— Je préfère pas, je suis en double file.
— Bon j’arrive. A ce soir les filles !
— Bonne soirée ! répondirent ses sœurs.

        Hitomi monta dans la mini, et Toshio démarra presque aussitôt, essayant autant que possible de ne pas trop regarder sa fiancée tant elle le troublait dans cette tenue, et tentant de se concentrer sur sa conduite. Le trajet fut cependant court, et peu de temps après, ils arrivèrent devant un grand restaurant. Ils descendirent de voiture et entrèrent. C’était un vrai restaurant chic, presque de luxe ! Visiblement, Toshio avait fait les choses en grand ! Il se dirigea avec une certaine assurance vers le réceptionniste.
— Bonsoir, j’ai réservé une table pour deux personnes au nom de Utsumi.
— Bien, Monsieur, répondit ce dernier tout en regardant la liste des réservations, veuillez suivre mon collègue. Table 73, ajouta-t-il au serveur qui se tenait à côté.
— Si vous voulez bien me suivre, fit ce dernier au couple.

        Ils s’installèrent à la table indiquée. Le serveur donna un menu à Hitomi sur lequel les prix n’étaient pas marqués. Après avoir commandé, Hitomi ne put s’empêcher de poser la question à Toshio :
— Dis-moi, Toshi, est-ce qu’on fête quelque chose ?
— En fait, je voulais te demander pardon.
— Pourquoi ?
— Excuse-moi de ne pas encore avoir arrêté Cat’s Eye. Je t’avais promis de me dépêcher pour qu’on puisse se marier, mais je n’ai pas réussi.

        L’expression abattue de Toshio attrista Hitomi qui réagit vivement.
— Comment ça, pas réussi ? Tu ne vas quand même pas baisser les bras !
— Je n’ai pas dit ça, n’empêche que ça fait deux ans qu’on rame sur cette affaire, et je dois dire que je ne sais plus par quel bout m’y prendre.
— Enfin, Toshio ! Ressaisis-toi ! Où est le courageux policier qui donnait tout pour courir après Cat’s Eye ? Où est cet inspecteur volontaire qui se battait toujours pour arrêter cette voleuse ? Où est le Toshio que j’aime ?

        Toshio releva la tête et posa les yeux sur Hitomi. Les mots de celle-ci, le regard qu’elle lui adressait le touchèrent. Une lueur s’alluma dans ses yeux.
— Tu as raison, je dois tout faire pour l’arrêter. Je vais reprendre le dossier depuis le début et tout éplucher, les moindres petits détails, tous les indices, je vais réinterroger tout le monde impliqué dans l’affaire, jusqu’aux agents de nettoyage des musées où elle a sévi. Aucun détail ne sera écarté, tout sera étudié à la loupe. Et je trouverai bien quelque chose, à force de persévérer. Merci, Hitomi, tu m’as redonné l’énergie qui me manquait.
— Mais, je t’en prie, balbutia une Hitomi gênée, ça me faisait de la peine de te voir abattu…
Elle se força à sourire, tout en pensant : « Ouuh là là, qu’est-ce que j’ai pas dit là !!! »

        Hitomi tenta se reprendre pour le reste du repas qui se déroula sans autre incident. Ils trinquèrent même à la réussite de Toshio dans l’affaire Cat’s eye. A la fin du repas, Toshio présenta son bras à Hitomi pour sortir du restaurant jusqu’à rejoindre la mini de l’inspecteur. L’heure était venue de rentrer.
— Qu’est-ce que tu as ? demanda Toshio une fois en route. Tu ne dis plus rien...
— Oh, c’est… c’est rien, juste qu’on n’a pas encore décidé où on partirait en vacances cette année. Je crois que Ai en a besoin.

        Toshio avait failli la prendre de court ! Elle qui pensait déjà à ce qu’elle dirait à ses sœurs sur le regain d’énergie de Toshio… Mais ce dernier eut la bonne idée de continuer de parler de Ai.
— Elle va se permettre des vacances cette année ? Elle passe quoi comme concours ?
— Elle ne nous a rien dit pour le moment, lui apprit Hitomi. Mais Nagahama est un bon lycée, alors si elle réussit son année ça ira.
— Et elle veut faire quoi comme études ?
— Elle ne nous en a pas parlé, mais c’est une scientifique, elle va s’orienter dans cette voie sans doute.
— Ah ah ah, je la vois bien en blouse blanche ! rit Toshio.

        C’est sur cette note plus légère qu’ils arrivèrent devant le café. Toshio raccompagna Hitomi jusqu’à la porte, mais dût partir car une longue journée l’attendait le lendemain. Hitomi entra dans le café et constata que Nagaishi était là.
— Bonsoir, Monsieur Nagaishi, salua Hitomi, alors avez-vous trouvé une solution à notre problème ?
— Effectivement, Mademoiselle Hitomi, répondit ce dernier, vous irez en Italie. J’ai contacté un ami à Rome qui vous emmènera à Athènes par hélicoptère. Ainsi, la police ne pourra rien trouver.
— Ca, c’est une bonne nouvelle. Malheureusement, j’en apporte une mauvaise, et c’est un peu de ma faute.
— Un rapport avec Toshio, n’est-ce pas ? devina Rui.

        Gênée, Hitomi se tordait les doigts en expliquant :
— Ben, il était un peu déprimé de piétiner sur l’affaire Cat’s Eye, alors j’ai voulu le remotiver, du coup, il s’est mis dans la tête de reprendre tout le dossier depuis le début dans les moindres détails.
— Aïe, ça sent pas bon, réagit Ai.
— C’est très ennuyeux, fit remarquer Rui, souviens-toi du mal qu’on a eu à lui faire abandonner l’idée qu’on avait un lien avec Heintz.
— Je sais, soupira Hitomi, je suis désolée, je ne pensais pas qu’il réagirait comme ça.

        Cependant, cette fois-ci, Nagaishi se montra plutôt rassurant :
— Il est impossible pour la police de faire le lien entre Heintz et vous, vous n’avez rien à craindre sur ce point. Ce qui serait plus dangereux, ce serait qu’il alerte la presse. Je le surveillerai de près, et je vous tiendrai au courant de toutes ses découvertes.
— Merci beaucoup, Monsieur Nagaishi, répondit Rui. Je vais préparer le voyage pour faire croire à un voyage en Italie, si mademoiselle Asatani cherche à se renseigner.
— Je me tiens à votre disposition. Au revoir, mesdemoiselles, dit l’homme en partant.

        Les trois sœurs saluèrent Nagaishi une dernière fois, puis partirent se coucher, en pensant à leur voyage. Ai sifflotait, tant elle était contente de partir et se fit violence pour ne pas commencer sa valise tout de suite. Rui avait déjà la tête dans un futur plan, bien qu’elle sache que c’était prématuré. Quant à Hitomi, malgré les paroles rassurantes de Nagaishi, elle ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir d’avoir allumé une mèche qui pourrait peut-être contrarier leur opération. Et elle appréhendait ce que Toshio allait bien pouvoir découvrir…


I just dance in the sweet memories...

Saison 3 : La brigade spéciale Kor_si10

Sadique, et fière de l'être  Smiley9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saison 3 : La brigade spéciale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permissions des habitantsVous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume des Souvenirs en Dessins Animés :: La galerie des expositions :: Les fanfics-